Histoire

La Storia

L’actuel Hôtel San Marco se présente comme le résultat d’une recherche d’image architecturale en relation avec l’environnement urbain et avec la mémoire historique de l’édifice lui-même.

Il naît d’un édifice existant de la fin du 19ème siècle, qui au cours des années a subi diverses transformations : un temps entrepôt, destiné au séchage des feuilles de tabac (à Lucques existe une tradition de cigares toscans roulés à la main), puis consacré au tissage du coton, devenu église suite au conflit mondial, pour être ensuite un cinéma, une salle de bal et jusqu’à un atelier.

L’architecte, responsable du projet, fasciné par l’histoire singulière de cet édifice, choisit de pas le démolir, mais de le récupérer, créant ainsi un témoignage d’archéologie industrielle.

Le corps de bâtiment de l’hôtel, de construction récente, rappelle le passé du lieu par ses citations : la poutre clouée à l’entrée rappelle les structures métalliques de la fin du 19ème siècle, l’usage de la brique directement visible renvoie à la tradition d’habitation civile du début 20ème siècle et se relie aussi à la proximité des Murailles de Lucques, la façade principale avec ses corniches et le vaste volume du hall de l’hôtel, dominé par des colonnes blanches, situées en position centrale, dialoguent avec la mémoire de l’église antérieure.

Le rappel de l’histoire de Lucques continue aussi dans les chambres, consacrées à quelques-uns des plus illustres personnes de la ville : Giacomo Puccini, le plus important compositeur italien de la génération d’après-Verdi, Carlo del Prete, médaille d’or à la valeur aéronautique, Elise Bonaparte, sœur de Napoléon et grande-duchesse de Toscane, Lorenzo Nottolini, architecte qui a projeté le grand acqueduc de Lucques en style romain, Lucida Mansi, dame de la noblesse, Pompeo Batoni, peintre du 18ème siècle, Eugenio Barsanti et Felice Matteucci, inventeurs du moteur à explosion.

Le résultat en est un hôtel doté d’une forte image particulière, caractérisé par une architecture contemporaine liée à la mémoire du passé, inscrite dans le lieu et point de référence pour le territoire environnant.